La une

Retour
Québec Cinéma

Rétrospective Martin Duckworth à la Cinémathèque

Mercredi, 27 Janvier 2016

Récipiendaire du tout dernier Prix Albert-Tessier, la plus haute reconnaissance accordée à une personnalité du cinéma, le documentariste québécois Martin Duckworth a droit à compter de samedi à une passionnante rétrospective à la Cinémathèque. Lire la présentation de Guillaume Lafleur à propos du cinéaste.

Composé de films phares extraits d’une carrière en tout point exemplaire, engagée et fortement attachée à dépeindre les diverses constituantes socioéconomiques du Québec contemporain, ce cycle de projections, élaboré comme « un voyage à travers sa vie et son œuvre », vous permettra d’approcher sous des angles différents le travail de ce réputé documentariste. Plusieurs dates sont au calendrier de cette rétrospective, dans laquelle vous pourrez voir :

Le programme de courts métrages : « Duckworth, les débuts et les origines » qui contient entre autres le superbe The Wish (photo d'en-tête) dans lequel il nous présente ses deux vraies jumelles âgées de 8 ans (30 janvier),

Le documentaire réalisé conjointement avec Magnus Isacsson en 2008 La Bataille de Rabaska (ci-dessous) dans lequel des citoyens luttent contre un projet de terminal méthanier (5 février),

« Les luttes ouvrières », dans lequel Une histoire de femmes (Sophie Bissonette, 1980) vous propose un regard sur la situation de travailleurs canadiens et notamment de femmes de grévistes (6 février),

« Au sujet des handicapés » comportant deux films tournés avec des acteurs ayant un handicap (11 février), puis « Duckworth et la musique » contenant la très belle histoire de Nos derniers jours à Moscou (photo ci-dessus), un film qui met à l'avant-scène l'amour entre un pianiste québécois et une virtuose Taïwanaise (12 février)

Les programmes intitulés « Histoire » (3 mars), « Des amis » (6 mars), « Des amies » (9 mars) et « Guerre et paix 1 et 2 » (24 et 30 mars) complètent cette importante et nécessaire rétrospective des œuvres d’un cinéaste à redécouvrir.

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer