La une

Retour
Québec Cinéma

TIFF 2019: programme québécois dévoilé

Jeudi, 1er Août 2019

Le cinéma québécois aura une fois de plus la part belle lors du Festival international du film de Toronto, avec cette année la présentation en primeur mondiale de six longs métrages et une dizaine de courts. Parmi les courts métrages invités, signalons la présence, entre autres, de Delphine de Chloé Robichaud, It's Nothing d'Anna Maguire, Jarvik d'Émilie Mannering, Je finirai en prison d'Alexandre Dostie, Les profondeurs d'Ariane Louis-Seize, No Crying At The Dinner Table de Carol Nguyen, Recrue de Pier-Philippe Chevigny, Second Generation de Miryam Charles, The Physics of Sorrow de Theodore Ushev.

Du côté des longs métrages, les festivaliers auront la possibilité de voir Antigone une adaptation contemporaine de la tragédie de Sophocle écrite et réalisée par Sophie Deraspe, Blood Quantum de Jeff Barnaby, dans lequel les zombis viennent rôder aux alentours d'une réserve Mi'gMaq, Il pleuvait des oiseaux de Louise Archambault, présenté quelques jours avant sa sortie en salle du 13 septembre et dont vous pouvez voir la bande annonce ici, Jordan River Anderson, The Messenger, le 53e film d'Alanis Obomsawin qui expose comment la courte vie d’un enfant a laissé un legs inestimable aux enfants autochtones, Kuessipan de Myriam Verreault coscénarisé avec Naomi Fontaine et librement inspiré du roman éponyme de cette dernière, et enfin, The Twentieth Century premier long métrage de Matthew Rankin qui nous transporte à Toronto, en 1899 sur les traces de Mackenzie King, amoureux d'une infirmière québécoise et d'une soldate britannique, tout en entretenant une liaison secrète avec... une chaussure. Le film sera également au FNC en octobre. À signaler aussi la présence du dernier film de François Girard, The Song Of Names, une coproduction internationale tournée en Europe, aux États-Unis et à Montréal.

La 44e édition du Festival international du film de Toronto se tiendra du 5 au 15 septembre prochain.

(Image d'en-tête: Jordan River Anderson, The Messenger d'Alanis Obomsawin)

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer