La une

Retour
Québec Cinéma

Festival du film de l'Outaouais : oeuvres québécoises au programme

Jeudi, 9 Mars 2017

La 19e édition du Festival du film de l’Outaouais aura lieu du 23 au 31 mars prochain. Plus de 60 longs métrages sont au programme, dont plus du quart provient du Québec. Le gala d’ouverture se fera en compagnie de La fille de Brest le nouveau film de la cinéaste et comédienne française Emmanuelle Bercot (La tête haute) qui a fait grand bruit en France. On nous annonce par ailleurs « une surprise de taille » en guise de clôture le 31 mars. À suivre donc. En attendant, voici un rapide aperçu de ces productions d’ici.

Présenté en compétition pour le Prix de la critique, le film D’encre et de sang d’Alexis Fortier Gauthier, Francis Fortin et Maxim Rheault mettant en vedette Martin Desgagné, Lysandre Ménard, Iannicko, N'Doua-Légaré et Fayolle Jean sera en lice pour remporter le prix du public décerné à la fin du festival.

Dans les autres sections, le public retrouvera plusieurs films québécois récents, dont entre autres, Ça sent la coupe de Patrice Sauvé, qui avait brillamment ouvert la 35e édition des RVCQ, le très radical Ceux qui font les révolutions à moitié ne font que se creuser un tombeau, de Simon Lavoie et Mathieu Denis, sacré meilleur film canadien au Festival de Toronto, ou encore l’oeuvre d’Anne Émond, Nelly, inspiré librement des œuvres et de la vie de l’auteur Nelly Arcand. Parmi les autres productions québécoises, notons la présence en primeur de L’autre côté de novembre de Maryanne Zéhil, ainsi que celle du documentaire Gulîstan, terre de roses de Zaynê Akyol qui vient tout juste de sortir dans plusieurs salles en France, sous un tonnerre d’applaudissements de la part de la critique.

Réunissant pratiquement tous les films importants du moment, la très riche sélection internationale constituera le gros de la grille horaire. On y retrouvera La La Land de Damien Chazelle, Moonlight de Barry Jenkins ou encore Manchester By The Sea de Kenneth Lonergan, et, du côté européen, Le client du réalisateur iranien Asghar Farhadi, Toni Erdmann de Maren Ade et Elle de Paul Verhoeven met en vedette Isabelle Huppert dans ce qui est déjà considéré comme l’un des plus beaux rôles de sa carrière.

Outre les nombreuses projections offertes, plusieurs classes de maître et ateliers exclusifs sont au rendez-vous cette année et sauront plaire autant au grand public qu’aux professionnels du cinéma. Des ateliers de formation seront également offerts ; notamment un dans lequel l’artiste québécois Marc Séguin viendra parler de son expérience en tant que réalisateur.

Un programme alléchant donc pour cette 19e édition du FFO qui se déroule du 23 au 31 mars. Pour connaître l’ensemble de la programmation, visitez le www.offestival.com

 

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer