La une

Retour
Québec Cinéma

Des oeuvres québécoises au palmarès du FCIAT 2020

Mardi, 10 Novembre 2020

La 39e édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (FCIAT) s'est terminée la semaine dernière par le dévoilement du palmarès, qui comporte plusieurs oeuvres québécoises. Les voici:

Comme une comète, d’Ariane Louis-Seize a remporté le Prix Télébec, qui récompense la réalisatrice ou le réalisateur du meilleur moyen ou court métrage de la cuvée 2020. Le prix s'accompagne d'une bourse de 1 000 dollars. Le jury, composé de Bruno Crépeault, Magali Monderie Larouche et Dominique Paquin-Raymond, a déclaré « Pour la vérité du scénario et donc des comédiens, pour la fin surprenante et rafraichissante, pour l’immense sensibilité technique et l’audace de la réalisatrice qui ne diabolise pas le beau-père. » (image d'en-tête)

Found me, de David Findlay a pour sa part été récompsensé du Prix Télé-Québec, remis par un jury composé de François Charette, Rémi Fréchette et Aude Weber-Houde. Selon le jury, le film méite ce prix « Pour l’ambition de la production, pour son aisance à véhiculer des émotions fortes avec très peu de mots, pour ses impressionnantes qualités formelles (photographie, design sonore, montage) et, finalement, pour l’ensemble de l’œuvre qui nous a captivé du début à la fin. »

Regret, de Santiago Menghini a remporté quant à lui le Prix Spira, récompensant le meilleur travail de réalisation d’un film de la programmation d’Espace court. Le prix est accompagné de 10 000 $ en location d’équipements ou services de postproduction pour une future œuvre chez Spira. Le jury a choisi ce film « Pour la précision de sa mise en scène qui crée une atmosphère angoissante, pour le souci du détail qui habite chaque plan, pour la remarquable direction d’acteurs, pour sa maitrise formelle des codes de l’horreur".

À noter enfin que les deux Prix Relève-Desjardins ont été remis à Antoine Girard pour son film L'apocalypse confortable (niveau collégial) et à Mia Salera et Félix Caouette pour Drought (niveau universitaire).

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer