La une

Retour
Québec Cinéma

Productions québécoises en lice pour les Oscars 2022

Lundi, 10 janvier 2022

2021 fut une année faste pour le court métrage québécois et canadien puisque pas moins de six productions nationales sont toujours en lice pour un Oscar 2022. Du côté des fictions, Les grandes claques d'Annie St-Pierre et Frimas de Marianne Farley font partie des demi-finalistes encore en lice.

Trois courts métrages d'animation ont aussi été retenus par les membres votants de l’Académie des arts et des sciences du cinéma. Il s’agit de Affairs of the Art (L’art dans le sang) de Joanna Quinn et Les Mills, une coproduction Beryl Productions International (Les Mills) et l’Office national du film du Canada (Michael Fukushima), Mauvaises herbes de Claude Cloutier, une coproduction l’Unité centrale (Galilé Marion-Gauvin) et l’Office national du film du Canada (Julie Roy), et Comme un fleuve de Sandra Desmazières, coproduction Les Films de l’Arlequin (Dora Benousilio) et l’Office national du film du Canada (Julie Roy).

Enfin, signalons que Angakusajaujuq: The Shaman’s Apprentice, film du cinéaste inuit Zacharias Kunuk est également présélectionné. Le film a remporté le prix du meilleur court métrage canadien l'an dernier lors du Festival international de films de Toronto.

La liste des finalistes de chaque catégorie sera dévoilée le 8 février prochain.

Affairs of the Art

Synopsis : Combien d'obsessions une famille peut-elle avoir ? Dans L’art dans le sang nous faisons la connaissance de Beryl, héroïne de la classe ouvrière, qui non seulement révèle sa propre obsession pour le dessin, mais expose les dépendances de sa famille excentrique, qui incluent le décapage, les filets de vis et la taxidermie pour animaux de compagnie.

Angakusajaujuq: The Shaman’s Apprentice

Synopsis : Une jeune chamane doit faire face à sa première épreuve : un voyage sous terre pour rendre visite à Kannaaluk, qui détient les réponses aux raisons pour lesquelles un membre de la communauté est tombé malade. Face aux esprits sombres et aux défis physiques, elle doit faire confiance aux enseignements de son mentor et apprendre à contrôler sa peur.

Comme un fleuve

Synopsis : Deux sœurs grandissent au Vietnam pendant la guerre et vont être séparées par les conséquences du conflit opposant le Nord et le Sud. Après la chute de Saïgon en 1975, Thao, adolescente, doit quitter son pays avec son oncle. Sa grande sœur, Sao Maï, à peine plus âgée, reste avec ses parents, nourrissant l’espoir de la rejoindre bientôt. Mais leur séparation va durer près de vingt ans, au cours desquels les lettres qu’elles échangent sont leur seul lien et un exutoire à leur solitude. Thao et Sao Maï y font le récit de leur quotidien, de leurs souvenirs, de la guerre et de ses fantômes.

Frimas

Synopsis : Dans un futur rapproché où l’avortement est maintenant recriminalisé, Kara est confrontée à une triste et brutale réalité. Malgré les dangers imminents auxquels elle s’expose, elle fait appel à une clinique d’avortement mobile illégale. C’est lorsqu’elle se retrouve dans les méandres de cette lugubre clinique qu’elle est confrontée aux répercussions de sa douloureuse décision.
Avec : Karine Gonthier-Hyndman, Chantal Baril, Kent McQuaid, Alex Bisping, Christian Jadah et Jean-Moïse Martin
Production : Charlotte Beaudoin-Poisson et Sophie Ricard-Harvey (Ô Films)

Les grandes claques

Synopsis : 24 décembre 1983, 22h50; Julie et ses cousins ont mangé trop de sucré, le Père Noël est en retard et Denis, seul dans sa voiture, angoisse à l’idée de remettre les pieds dans la maison de son ex-belle-famille pour venir chercher ses enfants. Les grandes claques réunit père et fille dans un coming of age précoce aussi grinçant que poétique.
Avec : Steve Laplante, Lilou Roy-Lanouette, Larissa Corriveau, Amélie Grenier, Jérémie Jacob et Laurent Lemaire
Production : Fanny Drew et Sarah Mannering (Colonelle Films)

Mauvaises herbes

Synopsis : Mauvaises herbes nous entraîne dans un monde surprenant peuplé de plantes carnivores qui changent d’aspect comme un caméléon passe d’une couleur à l’autre. Le réalisateur fait rimer croissance avec concurrence, évolution avec compétition, et met en place un étonnant duel aux allures de western, de guerre froide et de jeu de société.

(Image d'en-tête : Image extraite du film Les grandes claques - Crédit Étienne Roussy)

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer