La une

Retour
Québec Cinéma

Le Québec bien représenté au TIFF

Lundi, 13 Septembre 2021

Le Québec est bien représenté cette année au Festival International du Film de Toronto (TIFF) puisque cinq longs et courts métrages québécois figurent au programme de cette 46e édition, qui se déroule en salle et en ligne jusqu'au 18 septembre prochain.

À noter que le TIFF rendra également hommage aux cinéastes Alanis Obomsawin et Denis Villeneuve, qui recevront respectivement le prix Jeff-Skoll (Jeff Skoll Award in Impact Media) et le prix Ebert (Ebert Director Award). Le TIFF présentera en grande première le tant attendu Dune de Denis Villeneuve, ainsi qu’une rétrospective des œuvres d’Alanis Obomsawin célébrant sa carrière, dont le nouveau court métrage documentaire Honour to Senator Murray Sinclair, présenté en première mondiale.

Longs métrages

Les oiseaux ivres - La quête de Willy pour retrouver Marlena, son amour perdu, le mène du Mexique au Canada, où il se fait engager comme travailleur saisonnier à la ferme Bécotte, près de Montréal. Plusieurs destins s’entrecroisent, des mondes se rencontrent, les tensions montent et des moments de réalisme magique surgissent au cours des longues journées de travail. Première mondiale - Section Platform - Réalisation : Ivan Grbovic - Écrit par Ivan Grbovic et Sara Mishara qui en est la directrice de la photo, le film met en vedette Jorge Antonio Guerrero, Hélène Florent, Claude Legault, Marine Johnson dans les rôles principaux.

Maria Chapdelaine - Cette quatrième adaptation du célèbre roman de Louis Hémon est proposée dans la section Contemporary World Cinema - Scénario et Réalisation : Sébastien Pilote. Le film met en vedette Sara Montpetit (Maria Chapdelaine), Sébastien Ricard (Samuel Chapdelaine), Hélène Florent (Laura Chapdelaine), Antoine Olivier Pilon (Eutrope Gagnon), Émile Schneider (François Paradis), Robert Naylor (Lorenzo Surprenant), Martin Dubreuil, Danny Gilmore, Gabriel Arcand et Gilbert Sicotte.

Mentionnons également la présentation spéciale du film de la Néo-Zélandaise Jane Campion The Power of the Dog, dont Roger Frappier est l’un des producteurs et qui vient tout juste d'être présenté à Venise.

Courts métrages

Les courts métrages suivants sont présentés dans la section "Short Cuts".

Fanmi - Première nord-américaine - Scénario : Carmine Pierre-Dufour - Réalisation : Sandrine Brodeur-Desrosiers et Carmine Pierre-Dufour - Martine, en pleine peine d’amour suite à une rupture, reçoit la visite inattendue de sa mère, Monique. Trop prise par son propre chagrin, Martine ne remarque pas tout de suite que sa mère lui cache quelque chose, mais, progressivement, un mauvais pressentiment grandit en elle. Durant ce court séjour, ces deux femmes très différentes auront une dernière chance de se rapprocher avant que le temps ne file entre leurs doigts. (source: h264)

Lolos - Première nord-américaine - Scénario et réalisation : Marie Valade - Une jeune femme en dessin à l’encre est déstabilisée par l'arrivée de seins de papier qui naissent sur sa poitrine et doit rapidement composer avec ces nouveaux corps étrangers. Ses seins l’entraînent dans des situations de plus en plus insolites qui lui révèlent ses angoisses profondes : la crainte de devenir femme, l’appréhension de rivalités féminines, l’apprivoisement du désir masculin, les soucis reliés au fait de devenir mère et finalement la peur du cancer et d’une perte de repères. (source : La Distributrice de films)

Ousmane - Première mondiale - Scénario et réalisation : Jorge Camarotti - Déraciné et en quête d'un but, Ousmane, un nouvel immigrant burkinabé vivant à Montréal, voit sa vie prendre un tournant lorsqu'il rencontre une vieille dame désorientée, Edith, à la fin d'une longue journée de travail. Après avoir appris les terribles conditions de vie d'Edith, mais sans bien comprendre ce qu'implique cette tâche, il décide naïvement d'assumer le rôle d'aidant comme si elle était sa propre mère. (source : Spira)

Saturday Night (Samedi, la nuit) - Réalisation : Rosana Matecki - Production : Office national du film du Canada - Porté par une vision douce-amère du vieillissement et de la solitude en milieu urbain, Saturday Night est un court essai documentaire narré en espagnol par la cinéaste Rosana Matecki. La danse devient prétexte à une exploration intime de la résilience et de la nostalgie à laquelle le paysage sonore immersif et le rythme délicat donnent le ton.

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer