La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

Novembre 2018

Décembre 2018

Février 2019

Mars 2019

Avril 2019

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

15 NOV.

On vous partage encore notre amour pour les @RIDM aujourd'hui en vous proposant 4 autres #documentaires québécois à… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 NOV.

Ce soir, c'est votre chance de revoir ET AU PIRE, ON SE MARIERA de Léa Pool, en présence de Jean-Simon Leduc, dans… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 NOV.

À lire aujourd'hui sur quebeccinema.ca : nous parlons du tout dernier film du réalisateur Denis Côté, Réper… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 NOV.

RT @LP_Cinema: Jean-Marc E. Roy à l'image de l'univers d'André Forcier dlvr.it/QrDnbB pic.twitter.com/Y7gLaTankp

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

13 NOV.

Voici 4 films québécois à ne surtout pas manquer pour profiter des derniers jours des @RIDM. BON CINÉMA!… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

13 NOV.

RT @_BAnQ: Nous avons hâte d'accueillir @DenysArcand à la Grande Bibliothèque, ce mercredi, dans le cadre des @RIDM. @DOCQuebec #Documentai…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

12 NOV.

Un 7e prix pour GENÈSE de Philippe Lesage! Le film a remporté le Grand prix, attribué au meilleur film de la compét… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

08 NOV.

RT @onf: 🕯️ Nous avons le regret d'apprendre le décès de monsieur François Macerola, qui fut commissaire de l'ONF de 1984 à 1988. Voyez-le…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

07 NOV.

Ce soir, voyez gratuitement le film LES ROIS MONGOLS de Luc Picard au Stewart Hall du Centre culturel de Pointe-Cla… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

07 NOV.

Les #RVQC lancent un appel de soumissions pour les webséries pour "La grande fête des webséries" qui aura lieu lors… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 NOV.

RT @onf: «À partir de tout ce que j’avais recueilli, il était évident que #PaulineJulien avait évolué avec l’histoire du #Québec. Toute l’i…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 NOV.

Hier, nous avons eu la chance d'assister à la très émouvante inauguration de la murale dédiée à Alanis Obomsawin, à… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 NOV.

Aujourd'hui on vous propose quelques suggestions de films parmi les nouveautés québécoises qui seront présentées à… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 NOV.

RT @MUmtl: En direct de l'inauguration de la murale en hommage à Alanis Obomsawin! Merci à l'artiste Meky Ottawa, Rafael Sottolichio et MU…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

02 NOV.

20 ans de flair @ed_ADLITTERAM et @Livetoune les complices de nos web diffusions! 👏🏻👏🏻#cinémaquébécois pic.twitter.com/0lJGTGbOPr

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

02 NOV.

Nous sommes présentement à la recherche d'un(e) COORDONNATEUR.TRICE DE LA PRODUCTION IMPRIMÉE ET NUMÉRIQUE pour rej… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

02 NOV.

RT @LP_Cinema: Karelle Tremblay récompensée à Tokyo dlvr.it/QqHjjY pic.twitter.com/syWxXon9cI

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

02 NOV.

RT @Item7films: The Hummingbird Project de Kim Nguyen, vendu dans plus de 25 pays! #jesseeisenberg #alexanderskarsgard #MichaelMando #Salma…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

01 NOV.

Encore les honneurs pour GENÈSE de Philippe Lesage! goo.gl/N7X55D (via @lp_lapresse)

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

01 NOV.

L'équipe du #LabQcC a visité l’école Édouard-Montpetit en compagnie de Lou-Pascal Tremblay et d'Antoine Olivier Pil… twitter.com/i/web/status/1…

@québeccinéma

Retour
Québec Cinéma

Entrevue avec Simon Lavoie

Vendredi, 3 Novembre 2017

Présenté en première mondiale à Toronto en septembre et en première québécoise au FNC, le film La petite fille qui aimait trop les allumettes sort au Québec à compter d’aujourd’hui. Voir les horaires de projection.

Pour l’occasion, nous nous sommes entretenus avec le scénariste et réalisateur Simon Lavoie pour en connaître un peu plus sur son cinquième long métrage.

Tout d’abord, parlez-nous de la genèse du film. C’est un projet qui vous habitait depuis longtemps, non?

Ça s’est fait en deux temps. Tout d’abord avec la lecture du roman de Gaétan Soucy sorti en 1998. J’étais étudiant. C’est un roman proéminent, quelque chose d’incontournable dans la rentrée littéraire. Un professeur, Hubert-Yves Rose qui était mon professeur de scénarisation qui m’avait recommandé de lire ce livre. En vieillissant je me rends compte que les livres que j’ai lus à l’époque, les films que j’ai pu voir, c’est devenu fondateur de mon univers esthétique et sémantique. Ca a été un choc la lecture de la petite fille. Et j’avais lu que les droits avaient été achetés, que c’était un projet de cinéma [en 2000, NDLR]. J’avais été frappé par le fait que d’autres puissent faire un film à partir du livre. Mais à ce moment-là, je n’étais pas du tout en cinéma. Et puis, les années passaient et je me rendais compte que les choses n’avançaient pas, que ce film-là n’arrivait pas sur les écrans. En 2013, Marcel [Giroux, le producteur, NDLR] m’approche et me présente des versions de scénarios qui avaient été écrites auparavant. Je lui signifiais mon intérêt, mais je voulais repartir du roman. À ce moment-là, j’ai découvert que Gaétan Soucy avait un droit de regard sur la personne qui devait réaliser le film. J’ai donc rencontré Gaétan et on a tissé des liens. Ça a été bref, à peine six mois, puisqu’il est décédé brusquement en juillet 2013. Malgré les difficultés rencontrées avec Le torrent, j’avais le goût de retourner dans cet univers-là. Un univers dont je suis le produit. Celui des Canadiens français, leurs névroses, leurs « bibittes ». Une époque pré-Révolution Tranquille, peuplée de campagnes, d’animaux. Comme si je sentais qu’il y avait quelque chose d’incomplet ou d’insatisfaisant avec Le torrent et que je ne pouvais pas en rester là. Je me suis dit que La petite fille qui aimait trop les allumettes c’était le moyen d’arpenter cet univers-là.

Justement, c’est votre troisième film solo et c’est encore une fois un retour dans notre passé. C’est important pour vous ce rapport à l’Histoire?

Je ne sais pas pourquoi. C’est une vertu du cinéma de pouvoir nous replonger dans une époque qui n’est pas la nôtre, de reconstituer le passé. C’est quelque chose de très construit, en dehors peut-être de la nature, pérenne, presque immuable. Il y a une vraie construction, une création pure. Contrairement à Laurentie, qui est quand même plus une captation presque documentaire. Mais le film d’époque me permet de créer quelque chose de plus total.

À travers vos films, on sent la volonté de construire une œuvre, de créer des oeuvres qui se répondent les uns les autres. Est-ce que c’est quelque chose de conscient?

J’en suis un peu conscient, mais ce n’est pas quelque chose de vraiment construit. Peu à peu, j’en suis venu à constater que je ne peux parler que d’un sujet, celui qui concerne ce que l’on est, collectivement. C’est de tenter de participer humblement à une sorte d’édification, d’apporter ma brique à définir qui l’on est comme peuple à travers les arts narratifs, comme d’autres artistes contribuent à construire notre imaginaire, notre mythologie. C’est en ce sens que ça vaut la peine de passer toutes ces années à « taponner » sur un film dans des conditions difficiles. Je suis toujours intéressé à questionner nos racines, nos fondements. C’est en fait la seule chose dans laquelle je trouve de l’énergie.

Comme Le torrent, La petite fille qui aimait trop les allumettes est un film basé sur une œuvre difficile à adapter, donc c’est un film difficile. Est-ce un défi que vous vous êtes lancé?

En fait, je m’aperçois que l’on est toujours en train d’adapter. Un événement, un article de journal, un trauma, une histoire d’enfance. Dans mon cas, Le torrent c’est une lecture marquante. Il y a eu un avant et un après. La petite fille… c’est pareil. Quinze ans plus tard ce qui m’était resté du roman, ce n’est pas ses aspects langagiers ou baroques, c’était les personnages, leurs liens, leurs relations un peu incestueuses, la bête dans le caveau. Donc, j’ai voulu revenir à ça, à ce qui me restait du livre. Une vision un peu simplifiée collée aux personnages. Vivre l’action en même temps qu’eux. La jeune fille semble faire l’expérience des choses pour la première fois. C’est extrêmement touchant et vibrant. Donc j’ai voulu repartir de ça. J’ai essayé de voir comment garder l’esprit à défaut de faire une adaptation littérale. Comprendre son positionnement.

En plus de références personnelles, est-ce qu’il y a des œuvres cinématographiques qui vous ont inspirées pour créer cet univers?

Il y a un film qui représentait bien ce que je voulais faire, c’est Wuthering Heights d’Andréa Arnold, où elle adapte une énième fois le roman d’Émilie Bronté, mais en dépouillant le roman et en ne conservant que l’essence brute. Mais il y a eu Pasolini, ou un film plus obscur de Juraj Herz Spalova, un cinéaste tchèque en noir et blanc ou on faisait usage du grand-angle, où on n’avait pas peur d’être frontal, parfois même d’être grotesque.

En plus de confirmer le talent d’Antoine Lécuyer, vous nous faites découvrir une jeune comédienne que l’on ne connaît pas Marine Johnson. Comment s’est passée votre rencontre? Est-ce une révélation?

Oui c’est une révélation. On l’a découvert en salle d’audition. Elle avait tourné dans Ina Litovski un court métrage d’Anaïs Barbeau Lavalette. Je me suis toujours rappelé de ce visage sur l’affiche. On l’a retracé et on l’a vue en audition. Elle est habitée. Elle a en elle quelque chose de profond qui la distingue. C’est la pierre angulaire sur lequel tout notre casting s’est construit. Et puis il y a Antoine, qui est là depuis plus longtemps. Quand on a fait les premières demandes de financement, fin 2013, il était déjà dans le projet, donc comme je ne voulais pas le perdre, on a du réécrire son rôle pour le rendre plus vieux que sa jeune sœur. J’ai eu la chance de faire le casting moi-même et on a fait des auditions au mérite. C’est de plus en plus vers ça que je veux tendre.

Par: Charles-Henri Ramond

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer