La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 JUIL.

RT @LP_Cinema: Le cinéma québécois à l'honneur à Toronto dlvr.it/R7tYc8 pic.twitter.com/JsyIaP1SPz

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

Avez-vous vu la nouvelle bande-annonce du film #JeuneJuliette de @LaAnneEmond? À l'affiche le 9 août! →… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

RT @MCCQuebec: Le programme de rencontres professionnelles en culture au Pays basque est commencé. La délégation est composée de 11 représe…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

RT @ctvm: Trois projets québécois au Marché Frontières: filmsquebec.com/trois-projets-…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

RT @Telefilm_Canada: Toutes nos félicitations aux réalisateurs québécois Diane Obomsawin, Jeremy Comte et @Marianne1Farley, qui ont été inv…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

03 JUIL.

RT @elephantcineqc: La version restaurée de la délicieuse comédie d’horreur Karmina sera présentée le 27 juillet à 21h à la @cinemathequeqc

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

03 JUIL.

Plusieurs artistes québécois invités à l'Académie des Oscars! bit.ly/325omO7 #cinémaquébécois

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

03 JUIL.

RT @CinemasCineplex: Aujourd’hui, nous avons assisté à la conférence de presse de #MenteurLeFilm, en présence de la superbe distribution.…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @LP_LaPresse: Mitch Garber, Rémy Girard et Graham Fraser nommés au sein de l'Ordre du Canada bit.ly/2JaNY3o https://t.co/EEm8dJ…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @TChaDunlevy: Alanis Obomsawin and Mitch Garber were among 16 Quebecers and 83 Canadians whose achievements were recognized by the Order…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @ctvm: Mandat renouvelé pour Claude Joli-Coeur, commissaire à l’Office national du film @Patrimoinecdn @pablorodriguez @onf https://…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @Telefilm_Canada: 📣Communiqué de presse : Téléfilm Canada soutient huit longs métrages autochtones telefilm.ca/fr/communiques… https://t.co/…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @LesFilmsSeville: C’est officiel : Matthias & Maxime sera à l’affiche dès le 9 octobre! 💥 Le film met en vedette Gabriel D'Almeida Freit…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

#QcCinéma en liberté dans plusieurs parcs et espaces éphémères de la métropole, du 8 juillet au 26 août!… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

26 JUIN

Un marathon cinématographique réussi pour le #SprintGala 2019! bit.ly/2LjysVK #cinémaquébécois #GalaCinéma pic.twitter.com/1lUSEmWeX9

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

26 JUIN

RT @LesFilmsSeville: ✨Vous attendiez cette date avec impatience! ✨ Nous sommes très heureux de dévoiler que #TheDeathandLifeofJohnFDonovan

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

26 JUIN

RT @LP_Cinema: The Death and Life of John F. Donovan enfin présenté au Québec dlvr.it/R7J4L5 pic.twitter.com/24UPkkXBAh

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

25 JUIN

Une assistance record pour la 15e édition de la #TournéeQCC! bit.ly/2IIace2 #cinémaquébécois #Francophonie pic.twitter.com/KpWil1U76r

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 JUIN

Dans le cadre de la #JNPACanada nous vous proposons 5 documentaires importants et engagés qui vous donneront un écl… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

18 JUIN

RT @H264Distr: Après 3 ans de travail, h264 est fier d’annoncer la création d’un #agrégateur afin d’assurer une meilleure représentativité…

Retour
Québec Cinéma

André Forcier honoré par le FNC

Mardi, 15 Octobre 2019

À l’occasion de la sortie de Les fleurs oubliées, sur lequel nous reviendrons plus en détails, le Festival du nouveau cinéma honore la carrière d'André Forcier, Iris Hommage 2018, en lui remettant une Louve d'Or. Outre la première tapis rouge de son dernier film - qui aura lieu demain soir - le festival présentera cette semaine les copies restaurées par Éléphant: la mémoire du cinéma québécois de L’eau chaude, l’eau frette son troisième long métrage sorti en 1977 et de Le vent du Wyoming, distribué en 1994. L'occasion de voir deux films marquants de la carrière de ce grand cinéaste québécois, tout à fait représentatifs de son imaginaire débridé et de sa vision humaniste de notre société.

L’eau chaude, l’eau frette

Le texte qui suit a été écrit par le cinéaste en juillet 1975 en guise de synopsis supportant la demande d'approbation de la SDICC, désormais Téléfilm Canada. Il a été publié à l'origine dans la revue Cinéma Québec en 1977.

« Dans un même pâté de maisons angle St-Denis et Rachel, à Montréal, évolue un petit groupe de gens défavorisés qui vivent leur vie de façon cosmique: ils vont et viennent, sous l'impulsion du moment. Ce monde, dans l'optique de l'auteur, n'est pas en apparence compliqué ; il orbite autour d'un amoralisme attachant. Une mécanique animale en règle le comportement. Un coup d'oeil vivide et amusant, qui ressemble à un collage, nous fait voir :

  • Carmen Boisjoli, chez elle ou à la buanderie populaire où elle travaille (laundromat),
  • Francine, sa fille de 12 ans infirme du coeur, ne pouvant respirer normalement que lorsqu'elle est littéralement "branchée" à une prise de courant,
  • Polo, un usurier local (Shylock), au style mafioso,
  • Julien, le livreur de vingt-cinq ans d’un snack-bar et amour eux passionné de Carmen,
  • Ti-Guy, si jeune et si mûr à la fois, ami de Francine,
  • Françoise, patronne de Julien et propriétaire du petit restaurant de quartier,
  • Amédée Croteau, écrivain et poète obséquieux et pédant,
  • Mademoiselle Vanasse une vieille fille gardienne de la petite Francine,
  • Et Clémence, la concierge d'une maison de chambres où vivent plusieurs de ces personnes. 

Les premier et deuxième étages de cette maison sont en retrait du rez-de-chaussée fait de petites boutiques, de petits commerces donnant immédiatement sur le trottoir de la rue St-Denis, ce qui crée un patio­véranda où s'organise en ce moment une fête en l'honneur de Polo, sous l'habile direction d'Amédée Croteau, 62 ans, membre de l'Académie canadienne-française, au verbe cérémonieux, décorateur d'occasion et pédale d'habitude. Polo couche avec Carmen et avec Clémence, ce qui fait que les deux femmes ne s'aiment pas, bien qu'elles habitent sous le même toit.  Toutes ces personnes, plus bien d'autres aussi se retrouveront demain soir à la fête et vaquer ont tant bien que mal à leurs occupations diurnes - ce qui ne nous empêchera pas de les suivre, de les perdre de vue, de les entrevoir, de les retrouver.

Julien, monté sur sa motocyclette à panier, livrera ses cafés et ses hot-dogs, obsédé par la seule image de Carmen. Francine, menstruée pour la première fois, sera l'objet des sollicitudes de mademoiselle Vanasse pendant que Ti-Guy, titi montréalais et futur souteneur, négociera avec un couple d'amoureux "75 cents pour deux... (pour) écouter le coeur d'la p'tite infirme...". Croteau, lui, rend visite à Françoise qui n'a toujours pas vendu un seul de ses "constats d'onirisme", recueil de poésie qu'il tentera de refiler lors de la fête... C'est ce soir qu'on s'amuse: Amédée Croteau a fait élever des estrades sur le patio. Il arrive avec des paniers de provisions et de marchandises, et suivi d'un maître queux célèbre, "de ses amis" un chef du Windsor, parait-il, et de trois adolescents marmitons... » Lire la suite.

: Cinéma Impérial / Quand: jeudi 17 octobre à 18h00 (Séance #186) / Durée: 1h32 / Billets

Le vent du Wyoming

« A quoi ça ressemble? Mais à tous les autres Forcier! Un monde, vraiment. Son monde à lui. Ses acteurs - France Castel, Marc Messier, Michel Côté... et ses personnages. Oiseaux de nuit que Forcier n'a pas tout à fait inventés. Ils existent, bien réels, bien vrais. Nés pour les petites misères. Québécois jusqu'au tréfonds. » (Serge Dussault, La Presse, 28 août 1994)

« Le roman, c’est l’art de la réalité. Le récit y prend le rythme de la réalité alors que le cinéma, c’est un condensé de la vie. Tout le superflu en est enlevé. Derrière un film, il y a toujours des caprices, des latences, une réflexion sur la société. Ce film parle de la trahison des "Baby-boomers" envers leurs enfants: ça, c’est la trahison de Lizette envers sa fille Léa. Finalement, pour une des rares fois dans l’histoire, cette génération des « babyboomers » a peut-être laissé derrière elle une génération plus pauvre qu'elle. Ces réflexions sont sans doute évidentes dans le film, mais ce n’est pas ça qui me gouverne en le faisant, ou alors, c’est inconscient. Les intentions, c’est certainement important mais il ne me semble pas nécessaire de les souligner. À chacun de les voir. Mon but est de raconter une bonne histoire et que mes personnages soient vrais. » (Extrait d’une entrevue accordée au Nouvelliste, parue le 8 octobre 1994).

: Cinémathèque - Salle Principale / Quand: samedi 19 octobre à 15h00 (Séance #235) / Durée: 1h33 / Billets

 

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer