La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

Aucun évènement pour le moment

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

Ce soir, nous sommes au #CinémaModerne pour assister à l'avant-première du tout dernier film du réalisateur Maxime… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

RT @FilmsChristal: Yves, un poète à l’esprit rebelle, arrivera comme une tempête dans la vie de Dyane et de son fils, ce qui chamboulera le…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

RT @onf: Hallelujah, c'est l'anniversaire de #LeonardCohen! 😍 Célébrez sa mémoire grâce au court "Poen" (1967) de Josef Reeve, une relectur…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

Le film UNE COLONIE, premier long métrage de fiction de Geneviève Dulude De Celles, a remporté le Grand Prix de la… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

RT @Telefilm_Canada: Le @fcvq remet à Une colonie le Grand Prix de la compétition officielle! Félicitations à Geneviève Dulude De Celles et…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

20 SEPT.

RT @onf: Félicitations à nos réalisatrices et réalisateur ONFiens Alanis Obomsawin, Christy Garland et Charles Officer pour leur nomination…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

20 SEPT.

RT @Telefilm_Canada: Le portail Web Dames des vues est officiellement lancé! Très fiers d'être partenaire de cette initiative qui met nos t…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

Faire les choses autrement au #CinémaModerne. On aime. pic.twitter.com/6YmcSwpSQh

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

C'est CHIEN DE GARDE de la réalisatrice Sophie Dupuis qui représentera le Canada dans la course à l'Oscar du Meille… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @Telefilm_Canada: Félicitations à Chien de Garde, le premier long-métrage de Sophie Dupuis, le choix du #Canada aux #Oscars2019! Quel in…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @LP_Cinema: Chien de garde représentera le Canada aux Oscars dlvr.it/Qkk9cG pic.twitter.com/seM8tcVufV

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @RIDM: 🏃‍♀️LE TEMPS FILE! Il ne reste que quelques jours à la prévente des passeports RIDM! Avez-vous le vôtre? Ils sont à 100$, faites…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @la_SODEC: @la_SODEC, en collaboration avec les Rendez-vous @Qc_Cinema, @FestivalRegard et la @SARTEC_auteur, annonce le retour de Cours…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @FCTMN: Notre programme de Mentorat relecture est ouvert ! Cette mouture offre un accompagnement court, ou long, selon les besoins du pr…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

18 SEPT.

Nous étions à la première montréalaise du film LA DISPARITION DES LUCIOLES de Sébastien Pilote hier au… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

17 SEPT.

Le cinéma d'ici a brillé hier soir lors de la remise de prix de la 43e édition du @TIFF_NET!✨… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 SEPT.

Nous sommes à la recherche d'un(e) Coordonnateur(rice) aux partenariats et commandites pour rejoindre notre belle é… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 SEPT.

RT @LP_Cinema: L'année zéro du Cinéma du Musée dlvr.it/Qk9z1K pic.twitter.com/QpHyRN5Tgo

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 SEPT.

Nous avons rencontré les réalisateurs Judith Plamondon et Lessandro Sócrates pour discuter de leur film L'AMOUR À L… twitter.com/i/web/status/1…

@québeccinéma

Retour
Québec Cinéma

Sophie Dupuis : j’aime les sujets de famille

Vendredi, 9 Mars 2018

Cette semaine, deux longs métrages québécois prennent l’affiche. Le premier, le documentaire Bras de fer, réalisé par les frères Jean-Laurence et Jonathan Seaborn, qui s’intéresse à la lutte citoyenne menée par Véronique Lalande et son conjoint Louis Duchesne contre les émissions de poussières de métaux lourds, aussi connues sous le nom de « poussière rouge », provenant du Port de Québec. Prix spécial du jury au Festival International du Film des Droits de l’Homme à Paris en décembre dernier. À voir au Cinéma Beaubien (Montréal) et au Cinéma Le Clap (Québec).

Le second film à sortir aujourd’hui, c’est Chien de garde, le film de clôture des RVQC. Rencontre avec la réalisatrice.

Synopsis : JP vit avec son frère Vincent, sa mère Joe et sa copine Mel dans un petit appartement de Verdun. Constamment sur la corde raide, JP tente de conserver un équilibre entre les nombreux besoins de sa famille, de qui il se sent responsable, son travail de collecteur qu’il fait avec son frère et ses fonctions dans le petit cartel de drogue de son oncle Danny qu’il considère comme un père. Tout se complique lorsque ce dernier lui demande de faire quelque chose qui dépasse largement ses limites.

Si tu devais présenter ton film à quelqu’un qui ne l’a pas vu, que dirais-tu?

C’est une réflexion autour des liens familiaux. Cet amour et ce sentiment de responsabilité qui unissent les membres d’une famille. C’est un sujet que je trouve très puissant et qui a des impacts universels. J’espère que mon film va éveiller des réflexions. Aussi, je voulais faire un film plein d’énergie sensorielle, faire vivre au spectateur une vraie expérience...

On dit souvent que les premiers films sont toujours très intimes. Dans Chien de garde, y-a-t’il beaucoup de choses de toi?

Dans mes films, je parle rarement de moi. Dans Chien de garde, ce qu’il y a de moi, c’est mon intérêt pour les sujets de famille. C’est quelque chose qui revient tout le temps et qui finit toujours par s’immiscer dans mes scénarios. La relation fraternelle m’a toujours fasciné. Il y a un lien très puissant qui unit les familles et qui m’intéresse d’explorer.

Pourtant ta famille, elle a des problèmes. Qu’est-ce qui a fait que tu voulais parler d’une famille aussi fragile?

Pour qu’on ait la fin, il fallait que JP soit poussé très loin dans ses retranchements. Donc, je devais enfiler les responsabilités sur ses épaules. Je voulais qu’il soit sur le point d’exploser. Aussi, c’était important pour moi de parler d’amour. Les liens qu’il a avec sa famille sont vraiment des liens d’amour inexplicable. On ne choisit pas les membres de notre famille, mais on les aime. Je voulais parler de ça malgré tous ses problèmes.

En effet, on sent beaucoup une déchirure chez lui…

Oui. Ces gens-là s’aiment malgré tous leurs défauts, leurs problèmes. Je voulais parler de cette puissance des liens familiaux, dans un contexte de relation toxique et malsaine.

Comment as-tu travaillé avec tes comédiens pour les faire entrer dans la peau des personnages?

Une grosse étape de début de direction d’acteurs c’est le casting. J’ai vu énormément de monde, et finalement j’ai choisi des gens avec qui je sentais que l’on  pouvait pousser le travail très loin. La direction d’acteurs c’est ce qui m’intéresse le plus. Mon producteur me connaissait déjà,  il savait ma démarche qui est de faire énormément de répétitions. On a eu cinq semaines de répétitions. C’est énorme. Le but c’est de s’approprier le personnage. Ce que l’on fait comme scène, ca n’a pas vraiment d’importance rendu au tournage. Ce qu’il y a d’important ce sont les discussions que l’on a entre nous et qui permettent de créer les liens, les raisons de ses gestes, tout doit être expliqué. Il est arrivé que Théodore Pellerin m’appelle tard le soir pour me préciser quelque chose ou pour me dire qu’il avait compris pourquoi telle ou telle affaire. Si on n’avait pas fait ce travail en amont on serait arrivé en plein tournage avec encore des questions. Je voulais que l’on arrive sur le plateau avec des personnages super solides. Et ça a fonctionné!

Ça a du simplifier grandement le tournage...

Oui, en effet. Et il y a eu aussi des scènes qu’on a avait toutes faites en répétition et que l’on a remises en question, parce que le personnage avait évolué à travers toutes les répétitions. J’ai toujours fait ça avec mes courts. Je ne sais pas comment tourner autrement. Je pense que ça a été très apprécié des acteurs. À suivre pour voir si on va avoir la possibilité de travailler tout le temps comme ça parce que ça coûte de l’argent… c’est un choix de production. Et en plus ça fait des personnages forts.

En parlant du personnage, parle-moi un peu de celui de la mère…

La mère c’est le personnage qui me touche le plus, encore aujourd’hui parce que je la trouve belle dans sa vulnérabilité. Et aussi parce que même si elle est très bien intentionné elle manque d’outils pour faire face à la situation. J’avais envie de parler, sans jugement, de cette faiblesse, mais aussi de son côté touchant. On développe un peu de déception envers son personnage. La boisson, comment elle délaisse ses garçons…  c’est hors de son contrôle. Je ne crois pas que ces  gens n’on pas forcément le réflexe de demander de l’aide. Il y a quelque chose de plus grand que nous. Les gens ne savent pas toujours comment réagir. Elle n’a pas cette compréhension-là. Elle manque d’outils.

Pour un premier film, c’est un sujet difficile, non?

Je n’avais pas cette impression. Ça s’est fait instinctivement. Le sujet est quand même connu. Faillir [court métrage dans lequel, NDLR] était beaucoup plus risqué. J’étais bien entourée, je me sentais à l’aise. Aborder un long métrage, ça ne m’a pas paru si différent ou plus difficile qu’un court. Pour moi, c’est la même machine, mais juste un peu plus grosse. Je me suis senti très à l’aise et très confortable. En plus, le tournage s’est très bien passé. On n’a pas rencontré de problèmes, ou à peine. J’avais tout l’espace de création dont j’avais besoin.

Par: Charles-Henri Ramond

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer