La une

Retour
Québec Cinéma

FNC 2019: programmation dévoilée

Mercredi, 2 Octobre 2019

La programmation complète du Festival du nouveau cinéma a été dévoilée hier. Du 9 au 20 octobre prochain, cette 48e édition vous proposera une programmation composée de près de 320 films longs et courts, provenant de 72 pays. Parmi ceux-ci, 63 films seront présentés en première. Comme à l’habitude, le FNC 2019 sera l’occasion de découvrir des titres phares primés dans les plus grands festivals internationaux, mais aussi de nouveaux auteurs du cinéma actuel, des œuvres et installations de réalité virtuelle et, bien sûr, de nombreuses activités mettant en valeur la richesse et la diversité du cinéma international. Voici quelques faits saillants de la programmation. Le cinéma québécois et canadien sera largement mis de l’avant, avec une vingtaine de longs métrages et plusieurs dizaines de courts proposés.

Pour les détails sur chaque film, les séances et l’achat de billets, une seule adresse: http://www.nouveaucinema.ca/fr/

Films d’ouverture

C’est Guest of Honor, le nouveau film d’Atom Egoyan, grand habitué du FNC, qui ouvrira cette 48e édition en grande pompe le 9 octobre prochain au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Thriller psychologique au récit complexe et passionnant creusant les thèmes de prédilection du réalisateur, le film met en vedette David Thewlis (Naked), Luke Wilson (La Famille Tenenbaum) et Rossif Sutherland (Urgences). Présenté en première mondiale à la Mostra de Venise cette année puis au Festival du film de Toronto, il s’agit du seizième long-métrage du réalisateur.

Hommage à André Forcier

Lors de cette soirée d’ouverture, le FNC rendra hommage à André Forcier, l’increvable enfant terrible du cinéma québécois, en lui remettant une Louve d’Honneur pour récompenser l’ensemble de son œuvre et de sa carrière. Les incontournables L’eau chaude, l’eau frette et Le vent du Wyoming présentés dans des versions entièrement restaurées par Éléphant : mémoire du cinéma québécois, accompagneront la première mondiale du dernier long-métrage de Forcier Les fleurs oubliées. Cette première sera d’ailleurs l’occasion d’une grande soirée festive à l’Agora le 16 octobre.

Film de clôture

Le 19 octobre lors de la soirée de clôture, les festivaliers pourront découvrir en primeur le documentaire Chaakapesh de Roger Frappier et Justin Kingsley. Ce récit suit l’Orchestre symphonique de Montréal et son célèbre maestro Kent Nagano partant en tournée dans la grande toundra nordique du Québec pour visiter les communautés cries, innues et inuites, et partager avec eux un opéra de chambre autochtone.

Compétition nationale

C'est dans cette section que l’on retrouvera la plupart des œuvres québécoises et canadiennes proposées au FNC cette année. Au menu : L’acrobate de Rodrigue Jean, présenté en collaboration avec les Rendez-vous Québec Cinéma; Antigone de Sophie Deraspe, film représentant du Canada dans la course aux Oscars; la coproduction Québec-Terre-Neuve-et-Labrador Black Conflux de Nicole Dorsey, ainsi que le drame d’horreur Blood Quantum deJeff Barnaby. Canada de Ky Nam Le Duc, Cranks de Ryan McKenna ; L.A. Tea Time de Sophie Bédard Marcotte, Restless River (La rivière sans repos) de Marie-Hélène Cousineau ; The Twentieth Century de Matthew Rankinainsi que le documentaire de John Blouin Vaillancourt: regarde si c’est beau, seront aussi au programme.

Présentations spéciales

Dans cette section dédiée aux projections spéciales et autres rencontres avec des artistes, les festivaliers pourront découvrir The Song Of Names, le dernier film de François Girard, ainsi qu’Une journée dans la vie de Noah Piugattuk de Zacharias Kunuk qui braque les projecteurs sur l’exode forcé de familles inuites dans les années 1960 à Kapuivik, au nord de Baffin.

Plusieurs autres œuvres d’ici seront proposées dans différentes sections du FNC. Parmi celles-ci, soulignons la projection de Nuit #1 premier long métrage d’Anne Émond, soulignant les 25 ans de K-Films Amérique. Aussi, le FNC fera la part belle aux pionnières du cinéma et aux créatrices d’aujourd’hui. Ce sera l’occasion de voir deux grandes œuvres de réalisatrices québécoises importantes: Mourir à tue-tête d'Anne-Claire Poirier et le très rare La cuisine rouge de Paule Baillargeon.

 

(Image d'en-tête: Canada de Ky Nam Le Duc)

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer