La une

Retour
Québec Cinéma

Louise en hiver primé à Ottawa

Lundi, 26 Septembre 2016

Le Ottawa International Animation Festival (OIAF) tenait sa quarantième édition du 21 au 25 septembre dernier au Cinéma ByTowne et dans divers lieux de la capitale canadienne. C’est le long métrage Louise en hiver de Jean-François Laguionie (Le tableau, 2011) qui a remporté le très prisé Grand Prix remis par ce festival muni d'une solide réputation dans le domaine du cinéma d’animation.

Louise en hiver, superbe coproduction franco-canadienne, relate l'histoire d'une vielle dame, restée prise à la fin de l’été dans une station balnéaire désertée. Le temps rapidement se dégrade, les grandes marées surviennent, condamnant électricité et moyens de communication. Pour survivre, Louise va devoir apprivoiser les éléments naturels et la solitude...

Le film est distribué au Québec par Axia Films et sera prochainement dans les salles de la Province.

Réalisateur et scénariste de renom, Jean-François Laguionie remporte le Grand Prix du Festival international du film d’animation d’Annecy avec son premier court métrage, La Demoiselle et le violoncelliste, en 1965. Puis, en 1978, vient la consécration : il reçoit la Palme d’or du court métrage au Festival de Cannes pour son film La Traversée de l’Atlantique, film pour lequel il remportera également le César du meilleur court métrage. Il a, depuis, réalisé de nombreux courts et longs métrages d’animation parmi lesquels Le Tableau (2011).

Laguionie avait déjà remporté le Grand Prix il y a plus de trente ans avec son film court La traversée de l’Atlantique à la rame.

Les autres prix remis par l'OIAF à des films québécois et canadiens sont : Grand Prix pour le court métrage d’animation indépendant : J’aime les filles de Diane Obomsawin, Meilleur court métrage d’animation : Vaysha l’aveugle de Theodore Ushev, également récipiendaire du prix de la Meilleure animation canadienne, Meilleur son : Squame de Nicolas Brault, et Nihil de Khoebe Magsaysay gagnant du prix du Meilleur animation étudiante.

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer