La une

Retour
Québec Cinéma

La grande comédienne Monique Mercure nous quitte

Mardi, 19 Mai 2020

Comme l’ensemble du milieu artistique québécois, Québec Cinéma déplore la disparition de Monique Mercure et Michelle Rossignol, deux grandes dames de notre paysage culturel, décédées paisiblement durant la fin de semaine, à l’âge de 89 et 80 ans respectivement.

Alors qu’elle se destinait pourtant à une carrière de violoncelliste, Monique Mercure, née Monique Émond à Montréal en 1930, a fait ses débuts au grand écran au tournant des années 1960. En plus de cinquante ans de carrière, elle en deviendra l’une des figures marquantes, participant à plus d’une cinquantaine de productions aux côtés de comédiens prestigieux et sous la direction de cinéastes renommés, tels Robert Altman, Claude Chabrol David Cronenberg, François Girard, ou encore Claude Jutra.

Si la comédienne acquiert la notoriété en participant à la comédie de Claude Fournier Deux femmes en or (1970), c’est en 1977 qu’elle obtient une consécration internationale majeure. Grâce à son interprétation de la volontaire Rose-Aimée dans J.A. Martin, photographe du réalisateur Jean Beaudin, elle devient en effet la première actrice québécoise à remporter le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes, remis ex-aequo avec l’Américaine Shelley Duvall. Nous avons également aimé la retrouver aux côtés de Suzanne Clément dans cet autre film marquant de sa carrière: La Brunante, road movie plein de sensibilité signé par Fernand Dansereau en 2007.

En parallèle à sa présence au cinéma, Monique Mercure a tenu des rôles importants à la télévision. Retenons, entre autres, celui d’Anne Grandvert dans Monsieur le ministre, celui de Jeanne Mance dans Shehaweh de Jean Beaudin, ou encore ceux d’Édith Beauchamp et de Claudette Morin-Hamelin dans dans les téléséries de Radio-Canada Providence et Mémoires vives.

Monique mercure a été récompensée à plusieurs reprises pour son travail remarquable: Officier (1977), puis Compagnon de l'Ordre du Canada (1994), Prix du gouverneur général du Canada (1993), Prix Denise-Pelletier remis par le gouvernement du Québec (1993), et Compagnon de l’Ordre du Canada (1994).

Québec Cinéma offre ses sincères condoléances à la famille et aux proches de Monique Mercure et de Michelle Rossignol et à toute la famille artistique québécoise endeuillée. 

Image d’en-tête : Monique Mercure dans La Brunante de Fernand Dansereau (capture d'écran)

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer