La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

Aucun évènement pour le moment

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 JUIL.

RT @LP_Cinema: Le cinéma québécois à l'honneur à Toronto dlvr.it/R7tYc8 pic.twitter.com/JsyIaP1SPz

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

Avez-vous vu la nouvelle bande-annonce du film #JeuneJuliette de @LaAnneEmond? À l'affiche le 9 août! →… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

RT @MCCQuebec: Le programme de rencontres professionnelles en culture au Pays basque est commencé. La délégation est composée de 11 représe…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

RT @ctvm: Trois projets québécois au Marché Frontières: filmsquebec.com/trois-projets-…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

04 JUIL.

RT @Telefilm_Canada: Toutes nos félicitations aux réalisateurs québécois Diane Obomsawin, Jeremy Comte et @Marianne1Farley, qui ont été inv…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

03 JUIL.

RT @elephantcineqc: La version restaurée de la délicieuse comédie d’horreur Karmina sera présentée le 27 juillet à 21h à la @cinemathequeqc

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

03 JUIL.

Plusieurs artistes québécois invités à l'Académie des Oscars! bit.ly/325omO7 #cinémaquébécois

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

03 JUIL.

RT @CinemasCineplex: Aujourd’hui, nous avons assisté à la conférence de presse de #MenteurLeFilm, en présence de la superbe distribution.…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @LP_LaPresse: Mitch Garber, Rémy Girard et Graham Fraser nommés au sein de l'Ordre du Canada bit.ly/2JaNY3o https://t.co/EEm8dJ…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @TChaDunlevy: Alanis Obomsawin and Mitch Garber were among 16 Quebecers and 83 Canadians whose achievements were recognized by the Order…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @ctvm: Mandat renouvelé pour Claude Joli-Coeur, commissaire à l’Office national du film @Patrimoinecdn @pablorodriguez @onf https://…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @Telefilm_Canada: 📣Communiqué de presse : Téléfilm Canada soutient huit longs métrages autochtones telefilm.ca/fr/communiques… https://t.co/…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

RT @LesFilmsSeville: C’est officiel : Matthias & Maxime sera à l’affiche dès le 9 octobre! 💥 Le film met en vedette Gabriel D'Almeida Freit…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

27 JUIN

#QcCinéma en liberté dans plusieurs parcs et espaces éphémères de la métropole, du 8 juillet au 26 août!… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

26 JUIN

Un marathon cinématographique réussi pour le #SprintGala 2019! bit.ly/2LjysVK #cinémaquébécois #GalaCinéma pic.twitter.com/1lUSEmWeX9

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

26 JUIN

RT @LesFilmsSeville: ✨Vous attendiez cette date avec impatience! ✨ Nous sommes très heureux de dévoiler que #TheDeathandLifeofJohnFDonovan

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

26 JUIN

RT @LP_Cinema: The Death and Life of John F. Donovan enfin présenté au Québec dlvr.it/R7J4L5 pic.twitter.com/24UPkkXBAh

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

25 JUIN

Une assistance record pour la 15e édition de la #TournéeQCC! bit.ly/2IIace2 #cinémaquébécois #Francophonie pic.twitter.com/KpWil1U76r

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 JUIN

Dans le cadre de la #JNPACanada nous vous proposons 5 documentaires importants et engagés qui vous donneront un écl… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

18 JUIN

RT @H264Distr: Après 3 ans de travail, h264 est fier d’annoncer la création d’un #agrégateur afin d’assurer une meilleure représentativité…

Retour
Québec Cinéma

Avec Tenir tête, Mathieu Arsenault combat les préjugés

Jeudi, 21 Mars 2019

Avec Tenir tête, le réalisateur Mathieu Arsenault propose un second long métrage documentaire après En cavale. À travers son film, le réalisateur souhaite faire partager au public les dessous de la maladie qui le tenaille depuis plusieurs années: la bipolarité affective. Ce documentaire réalisé à la première personne livre les précieux témoignages de Frédérique et Louis, deux autres malades qui ont réussi à s’en sortir, afin de mieux comprendre certains aspects de la folie et ainsi, combattre les préjugés qui sont encore là. Mathieu Arsenault nous aide donc à approcher avec un regard neuf ce sujet sensible et, par bien des aspects, encore tabou. Nous avons rencontré le réalisateur pour qu’il nous en dise plus long sur son film, qui sortira demain.

Dans Tenir tête, il y a un beau message, porteur d’espoir, qui s’adresse autant aux gens qui sont atteints qu'aux proches de ces personnes.

Oui, en effet, dans mon cas, si mes proches m’avaient laissé tomber, je ne me serai pas rétabli de la sorte. Par contre je sais que ce fut très difficile pour eux. Des fois, on n’a pas le choix de laisser la personne [malade, NDLR] à elle-même, parce que c’est trop difficile à gérer. La maladie nous rend complètement hors de contrôle. C’est l’amour qui arrive à sauver les choses. Dans mon cas, c’est le lien très fort que j’avais avec ma petite fille qui a réussi à vaincre la folie. s’il n’y avait pas eu cet attachement très fort, je serais sans doute resté en Californie enfermé dans ma maladie. C’est certain à 100%. Voilà ce qui a fait que j’ai pu réaliser que quelque chose n’allait pas en moi. Lorsque l’on est pris dans la maladie, on ne se rend absolument pas compte de la réalité.

Quel a été l’élément déclencheur qui t’as incité à faire un film de ton expérience?

Déjà, quand j’étais à l’hôpital psychiatrique, je savais que mon histoire pouvait devenir un film. C’est tellement une expérience sensorielle et spirituelle puissante que la réalité, le son… tout devient magnifié. Dans mon cas, j’étais en proie à des hallucinations sonores, entendre des voix. Donc c’est un univers très cinématographique. Aussi, lorsque l’on vit ce genre de choses, on veut tout de suite les partager aux autres. Ce que je n’avais pas encore dans ma chambre d’hôpital, c’est toute la phase de rétablissement, qui est venue après. Donc, même si je n’en étais qu’au début, je savais que je voulais en faire un film.

Pour servir d’exemple? Ou un film pour aider ton processus thérapeutique?

Surtout pour combattre les préjugés. Même moi j’en avais avant… je ne suis pas né bipolaire, c’est quelque chose qui m’est tombé dessus à 35 ans, et que je ne soupçonnais pas du tout. À l’hôpital, je me demandais si j’allais finir dans un asile, si ma vie était foutue. Ça m’a écoeuré tout ça! En plus, Psycho, Vol au dessus d’un nid de coucou… et d’autres ont beaucoup influencé l’image que l’on se fait de la maladie. Mais, en 2019, la réalité a beaucoup changé. Les médicaments ont tellement évolué qu’il est possible pour des gens comme moi de reprendre des activités normales à la maison… ce qui n’était pas le cas il y a vingt ans. Donc, je voulais absolument témoigner de ce changement de réalité. Le problème majeur chez les gens atteints, c’est d’accepter la maladie et de suivre les traitements, ce que beaucoup refusent encore. Alors, oui Tenir tête peut aider en servant de modèle, mais ce n’était pas vraiment mon intention de base.

Comment s’est passé le processus de production du film, qui nécessite un scénario, un budget, une équipe, bref, une organisation très structurée. Comment te sentais-tu dans ce schéma?

Mon épisode de folie est arrivé il y a cinq ans, mais je n’ai commencé le film qu’il y a deux ans. Donc il y a quand même eu trois qui ont été consacrés uniquement à reprendre ma vie normale. C’est aussi ce qui arrive quand on est en dépression, notre estime de soi en prend un coup. Donc, il était impossible de partir dans ce projet en étant malade. Aussi, je ne savais même pas si j’avais encore les capacités intellectuelles pour le faire… Quand on vit la manie, on a le cerveau brûlé. Et plus l’on vit de crises, plus les capacités baissent. C'est pour cela qu'il est essentiel de prendre ses médicaments. Pour ne pas que ça dégénère. Dans mon cas, j’avais beaucoup de confiance à regagner pour entreprendre le film... En fait, je me suis beaucoup amusé en le faisant. Ça a vraiment été le fun! (rires) je suis retourné aux États-Unis, Frédérique et Louis sont devenus des amis. J’ai aussi reçu beaucoup de confiance de la part de ma productrice, Nathalie Barton, qui avait déjà produit En cavale. Quand on met un film au monde, c’est une idée très fragile… elle a su en déceler tout le potentiel. C’est quelqu’un que j’admire et qui m’a donné des ailes.

Comment s’est passé ta rencontre avec Frédérique et Louis, les deux autres protagonistes du film?

Je cherchais un ou une bipolaire qui avait arrêté ses médications pour voir ce que ça donnait. Des amis m’ont pointé vers Frédérique. Nous nous sommes donc rencontrés. Elle était encore très fragile, elle n’en avait jamais parlé à personne, et subitement elle avait devant elle une personne qui la comprenait. Dans le cas de Louis, je l’ai rencontré par l’entremise de la productrice de ma blonde (qui est scénariste, NDLR). Il est très attachant… Finalement, les recherches se sont faites très facilement. Frédérique et Louis ont été les deux premières personnes que j’ai contactées en préparation du tournage. Il y en a eu d’autres par la suite, mais qui ont été écartées. Ça a été un vrai coup de chance…

Entrevue réalisée par Charles-Henri Ramond, à Montréal, le 13 mars 2019.

Par: Charles-Henri Ramond

En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies de suivi publicitaire. Nous ne vous identifions pas personnellement à l’aide de ces technologies. Vous pouvez modifier l’enregistrement des cookies dans les paramètres de votre navigateur. En savoir plus.

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer