La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

09 DÉC.

Projection famille de LA GUERRE DES TUQUES 3D à Greenwood en collaboration avec l'Association Francophone de la Val… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

08 DÉC.

RT @marcpichette: À voir (ou revoir) ce soir 23 h 05 sur @icirctele. pic.twitter.com/LjenBHjnqr

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

08 DÉC.

RT @thefilmfest: FREE MOVIE TONIGHT! #TournéeQCC, with @AFHalifax & @ccghavre, present the film LES ROIS MONGOLS, along with producer Steph…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

08 DÉC.

RT @LP_Cinema: La bande-annonce de Charlotte a du fun en primeur dlvr.it/Q50RK3 pic.twitter.com/0vPOGvrkkK

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

08 DÉC.

[ ENTREVUE ] Nous avons rencontré le réalisateur Denis Côté pour son plus récent documentaire TA PEAU SI LISSE qui… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

08 DÉC.

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

07 DÉC.

RT @RIDM: À la demande générale, le film Bagages sera de nouveau programmé à la @cinemathequeqc pour 3 séances les 8, 9 et 10 décembre proc…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

07 DÉC.

RT @la_SODEC: Appel de candidatures pour scénaristes de films d'animation. Participez à la prochaine résidence d'écriture francophone à Mek…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

07 DÉC.

3 ateliers du @Wapikoni à l'école Rose-des-Vents de Greenwood en Nouvelle-Écosse 🎬 @CSAP_Officiel #LABQcC en… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 DÉC.

Le #LABQcC est en #TOURNEEQcC pour un atelier du @Wapikoni un d'adaptation et la projection de GUIBORD S'EN VA-T-EN… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 DÉC.

RT @lesaffamesfilm: Wow!! #LesAffamés parmi les 10 meilleurs longs métrages canadiens de 2017 selon @TIFF_NET! #TheRavenous on TIFF's 2017…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 DÉC.

RT @ONF_Education: Pour ne jamais oublier ces 14 jeunes #femmes assassinées, et pour accompagner les #enseignants dans la délicate tâche de…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 DÉC.

RT @UQAM: L'UQAM remet un doctorat honoris causa au cinéaste Denis Villeneuve pour sa contribution au 7e art. 👏🎬#cinéma #BladeRunner2049 @U…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 DÉC.

Article du @Grenier_enbref au sujet de notre nouvelle image de marque. twitter.com/Grenier_enbref…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

06 DÉC.

[ À LA UNE ] - La première en images de la comédie Trip à trois mettant en vedette Martin Matte et Mélissa Désormea… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 DÉC.

[VIDÉO] Un aperçu de la nouvelle image de marque de @Qc_Cinema Pour plus de détails: goo.gl/XaUisvtwitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 DÉC.

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 DÉC.

@Qc_Cinema fait peau neuve! Venez jeter un coup d’oeil à notre nouvelle image de marque! #QcCinématwitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 DÉC.

Gardez un œil ce matin sur nos médias sociaux, on a du nouveau à vous partager! #CinémaQuébécois 😁 🎬 pic.twitter.com/nwZwKEi8fR

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

05 DÉC.

RT @KFilmsAmerique: Le problème d'infiltration maintenant en DVD et en Vidéo sur Demande ! En VSD sur la Chaîne VIMEO K-Films Amérique htt…

@québeccinéma

Retour
Québec Cinéma

DPJ: montrer le malaise du Québec

Vendredi, 1er Décembre 2017

Projeté en première aux RIDM devant deux salles combles, DPJ, long métrage documentaire de Guillaume Sylvestre, prend l’affiche dès aujourd’hui à la Cinémathèque québécoise (Montréal), au Cinéma Le Clap (Québec) et à La Maison du cinéma (Sherbrooke). Une projection aura également lieu au Paraloeil (Rimouski) le mardi 5 décembre. Plusieurs séances auront lieu en présence du réalisateur pour des discussions avec le public après les projections. À noter qu’une version écourtée du film sera présentée prochainement sur les ondes de Canal D.

> Voir les horaires de projection

Synopsis officiel: Un regard frontal et sans complaisance dans l’étourdissante machine du Département de la Protection de la Jeunesse du Québec (DPJ). En suivant le travail des travailleurs sociaux et des éducateurs qui doivent parfois prendre des décisions aux lourdes conséquences pour plusieurs enfants et leurs parents, DPJ propose un huis-clos intimiste dans le malaise d’une société, une plongée étouffante vers une humanité brisée, entre douceur et violence, technocratie et compassion, espoir et désespoir.

Après quelques documentaires sur le sujet, pourquoi as-tu décidé à ton tour de t’attaquer à ce sujet?

Tout le monde entend parler de la DPJ. C’est une institution fondamentale au Québec et malgré ces films, plutôt des pamphlets tournés en cinq jours, ça m’intéressait de voir ce qu’il y avait en arrière des murs de la DPJ, avec évidemment tous les préjugés que le monde peut avoir. Mais je ne voulais pas y aller brusquement, donc ça a pris du temps [le projet à pris plus de trois ans, NDLR]. Puis, la communication de la DPJ a ouvert les portes de l’institution. Ça ne s’était jamais fais comme ça. En rentrant dans ce système, j’ai vu une bureaucratie très rigide, forcément la loi l’est. Mais à travers ce cadre légal très strict, il y a des gens, des travailleurs sociaux, qui sont en première ligne. Ils jouent avec les zones les plus fragiles de la nature humaine. À chaque instant ils doivent prendre des décisions, comme s’ils avaient des bombes à désamorcer. Et ils font leur travail avec énormément d’humanité, dans un cadre complexe et inhumain. Donc c’est ce contraste qui m’a interpellé. La réalité est très nuancée, il n’y a pas de coupables.

Au départ je voulais peut-être plus faire un film sur les jeunes, mais ce sont eux les travailleurs sociaux qui m’interpellaient. Parfois, ils travaillent pendant des années, trois quatre cinq ans, avec les familles pour qu’elles gardent leurs enfants, pour qu’elles se reprennent en main. J’ai tourné sur une période d’un an, justement pour mieux sentir l’évolution des rapports qu’ils entretiennent avec leurs clients. Se donner le temps, c’est important pour comprendre ce travail.

Comment s’est passé le processus de préparation et de production?

Ça a été très long, surtout la paperasse, les cessions de droits, le travail avec l’organisme. Mais le travail avec les travailleurs sociaux s’est très bien passé, ils m’ont fait confiance. J’ai développé des rapports avec eux, mais aussi, étrangement, avec les familles. Personne ne s’intéresse vraiment à elles. Il faut les traiter avec respect, même si ce sont souvent des parents inadéquats... tous ces gens aiment leurs enfants. C’est rare les cas à la DPJ ou les parents sont des tortionnaires. On en voit quelques cas qui sortent dans les médias, mais c’est un épiphénomène.

Quand tu allais dans des familles, est-ce qu’elles étaient au courant de ton rôle?

Au départ, je rencontrais les gens, puis au fil de nos rencontres, ils savaient que je faisais partie des meubles, que ce soit possible que je sois là ou non lors de leurs rencontres avec les personnes de la DPJ. On a tissé des liens. En restant en retrait sans intervenir, et en les traitant avec respect, ils m’ont accepté.

Est-ce que les intervenants et les familles ont vu le film?

Oui, quelques-unes... en fait je pense que seule Sylvia [la protagoniste du film qui quitte la surveillance de la DPJ à ses 18 ans, NDLR]. Mais les intervenants l’ont vu, oui. Eux trouvent que ça représente avec nuances leur travail. Ils étaient très contents.

Le fait que ce soit un portrait très nuancé des intervenants, as-tu l’impression d’aller à l’encontre de ce qui est en général véhiculé sur la DPJ?

C’est sûr que ce qui fait réagir à propos de la DPJ, ce sont les mauvaises décisions. Mais il ne faut pas oublier qu’ils ne réparent pas des voitures. Il ne faut pas oublier non plus que les travailleurs sociaux sont tributaires des décision du tribunal. Donc quand on remet un enfant dans sa famille et que l’on sait que ça va «péter», c’est la décision des juges. Ce sont ces cas-là qui sortent dans les médias. Les succès de la DPJ, le travail quotidien sur le terrain, ça intéresse moins de monde. Les mauvaises décisions quand tu joues avec les vies, ça fait de bons reportages. Mais reste que malgré certains écueils, ce que j’ai vu c’est que la DPJ reste un filet social fondamental.

Parle-moi un peu de ton approche personnelle par rapport à ce sujet sensible, presque explosif.

Je n’ai pas de leçon à donner. Ce que j’ai voulu montrer, c’est le malaise du Québec. Montrer ce que les gens n’aiment pas voir. C’est une partie de la réalité, ce n’est pas de la fiction. Et aussi montrer la complexité du sujet. On a tendance à toujours condamner. À voir le coupable et la victime. Mais c’est tellement plus compliqué que ça. On est dans des zones de gris en permanence. J’ai voulu mettre le spectateur dans cette position. Tout le temps un pieds dans le vide.

Quelques lueurs d’espoir parsèment le film. Est-ce que d’après toi, il y a quand même des portes de sortie pour ces jeunes?

Dans le cadre de la loi, ils font ce qu’ils peuvent. La loi exige que tout soit fait pour que les enfants soient restent dans leur milieu familial, sauf si leur intégrité physique et psychologique est directement menacée. La ligne est mince. Des fois, ton instinct te dis «mais retirez-les, ça a pas de bon sens!»... Ce que j’ai vu pendant un an, c’est le contraire. Souvent quand on s’attarde à quelque chose, on se rend compte que c’est le contraire de ce que l’on nous dit.

Dans le cas de l’adoption, quand tu es avant l’âge de deux ans, avant le stade critique, lorsque les enfants sont placés en adoption, jusqu’à l’âge de 18 ans, en général, c’est la meilleure chose qui peut arriver. Dans le film, la mère qui accepte de confier son enfant à l’adoption, c’est par amour lui lui, ce n’est pas parce qu’elle ne veut plus s’en occuper. C’est parce qu’elle se sent incapable. Ce petit garçon qui a deux ans et qui était déjà en famille d’accueil, va être adopté... ces enfants-là, ils sont sauvés. S’ils restaient dans leur milieu, c’était fini. C’est pareil pour la jeune fille, elle s’est signalée elle-même parce que sa mère était devenue tortionnaire avec elle. Si elle était restée avec sa mère, elle serait morte. Elle a fait deux tentatives de suicide. Donc oui, le placement, l’adoption ça peut avoir des effets positifs. Et ça ce sont les jeunes qui sont passés en centre jeunesse qui nous le disent. Indépendamment de ce système rigide, dans ces centres, ils rencontrent des gens formidables durant leur parcours. Des éducateurs extraordinaires, totalement dévoués.

Par: Charles-Henri Ramond

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer